Patience ou impatience?

07/07/2022, quel beau portail encore qui me guide à travers ses 10 lunes de grossesses. aujourd’hui à 20 SA je me trouve dans la moitié du chemin parcouru... Je m’entends penser, « déjà » ? Et à la fois résonne en écho « Seulement ! ».

Patience et impatience.. Ces deux notions se côtoient étroitement durant cet apprentissage de la maternité.

Je vois là toute l’importance de ces 10 lunes pour tisser ma nouvelle vie de maman. En comprendre tous les enjeux, prendre le temps d’assimiler ce nouveau rythme de vie en fonction de bébé qui demande de plus en plus de considération, même in utéro. Le temps de laisser à mon chéri d’assimiler que nos projets à deux futurs, dépendront maintenant de nous 3, même si cela lui semble encore trop abstrait pour qu’il en saisisse tous les enjeux. Je profite, je patiente sur tout ce temps qui nous est offert pour apprendre et découvrir ensemble. Avancer chacun à son rythme et à la fois côte à côte sur ce nouveau chemin inconnu mais ô combien attrayant de futurs parents.

Patience... Patience d’avoir la confirmation de la prise de sang. Patience d’être sûre que tu es bien accroché, patience d’entendre ton cœur battre, de connaître ton sexe, de pouvoir l’annoncer à nos proches . Patience des rdv mensuels pour checker que tout va bien, patience des échos trimestriel pour voir ta frimousse, patience d’arriver à un terme acceptable pour que tout se passe au mieux pour toi.

gif

Et puis il y a aussi cette impatience. Où chaque jours qui nous rapproche de l’échographie nous semble être interminable. Impatience d’entendre ton cœur battre pour nous rassurer que tout aille bien, de pouvoir déjà tout acheter pour ta venue. Impatience de te tenir dans nos bras, te voir, te sentir physiquement contre nous, et de te voir même déjà grandir et t ’observer évoluer par toi même pour être en admiration de ta personne.

Patience et impatience.... Ils vont bien de paire ces deux là! La raison et l’irrationnel, l’envie et les besoins. Toutes ces notions qui se mélangent délicieusement dans ce tissage que nous construisons déjà ensemble dans l’invisible. Cheminant doucement l’un vers l’autre jusqu’au jour de notre rencontre.


J’apprends déjà tellement en te portant.


Je ne demanderais pas à une fleur que je viens de planter de pousser plus vite pour ma simple satisfaction de la voir , et savoir que j’ai réussis mon job. Pourtant je me surprends à le vouloir pour toi. L’impatience serait - elle une douce métaphore de l’égoïsme involontaire dont je ferai preuve ? Peut-être bien . Mais après tout, le reconnaître c’est déjà pas mal non ? Qui n’a jamais été égoïste sans devenir pour autant la pire des mamans ?

Je me plaît à dire que je me découvre sous une multitude de facette en vivant cette grossesse. Un sourire presque complice avec mon bébé apparaît sur mon visage. Il sait, et il comprend. Cette impatience de lui donner tout mon amour.

Je l’entendrais presque me dire « Mais oui mama, moi aussi j’ai hâte, mais j’ai besoin encore de temps pour m’incarner entièrement. J’arrive tout bientôt. Sois patiente » . Alors je caresse mon ventre qui s’arrondit. Et je lui dit que je l’entend. Je respire, et je savoure encore ces mois à venir. En tête à tête avec lui . Dans l’intimité de mon utérus, ou il se trouve bien au chaud. Ou moi seule peut sentir le moindre de ses mouvements.

Je savoure tout en sachant que le temps file, et que ces moments unique,

je ne pourrais plus les rattraper.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout